Caves Ouvertes du Lac de Bienne 2018 Twann / Ligerz

Votre humble serviteur est dans un charmant village coincé entre le lac et un vignoble en coteaux en train de déguster un excellent Chasselas à côté d’une église ancienne. On pourrait se croire à St-Saphorin, mais cette scène s’est déroulée à Twann (ou Douanne en VF si vous n’êtes pas Bielingue) lors des Caves Ouvertes du lac de Bienne. Je dois avouer que c’est aussi bien que chez nous, sauf que eux, ils parlent français;O)

Et c’est tant mieux, car ce n’est pas avec mes souvenirs d’allemand scolaire que j’aurai pu avoir autant de conversations intéressantes avec les sympathiques vignerons de Twann et Ligerz où nous avons été chaque fois très bien accueillis. On peut dire sans exagérer que pour l’amateur Suisse Romand de vin de base, l’attitude envers les vins de nos compatriotes alémaniques navigue souvent entre ignorance et condescendance, peut-être avec une petite exception pour les Grisons. Cela sera déjà très exotique de boire du Vully ou des Côtes de l’Orbe. Mes agréables découvertes de certains Müller-Thurgau thurgovien ou Sauvignon Blanc bâlois m’avaient déjà prouvé le contraire et cette journée Caves Ouvertes autour du lac de Bienne entre Douanne et Gléresse me l’a confirmé : osez un peu la curiosité et vous serez déçus en bien!

Caves Ouvertes du Lac de Bienne 2018 Twann / Ligerz

Mon parcours commence juste après 11h à Twann / Douanne avec Ursula Angelrath. S’il y avait un seul mot qui devait définir cette vigneronne, ce serait celui de discrétion. Mais si l’on s’aventure dans sa cave, on aura le plaisir de découvrir une passionnée qui produit une petite dizaine de vins différents sur un domaine familial historique de deux hectares. C’est l’élégance qui caractérise généralement ses vins aux étiquettes originales. Un coup de coeur pour les Pinots Noirs 2016 et 2017 aux personnalités différentes, mais qui associent pour notre plaisir gourmandise et complexité. Une mention spéciale pour la tresse maison d’Ursula qui mérite le déplacement à elle-seule ;O)

A quelques mètres de là, c’est dans la cave d’une autre vigneronne que nous entrons. Anne-Claire Schott a repris il y a deux ans le domaine sous le regard mi-attendri et mi-inquiet de ses parents. Biodynamie, élevage sous bois, montée en gramme, le domaine évolue vers une viticulture plus exigeante. Au vu de ce que j’ai goûté, les parents ne devraient pas trop s’inquiéter. Une mention spéciale pour le Cuvée Noire 2016, un assemblage convainquant de Gamaret, Diolinoir et Pinot Noir qui associe avec bonheur des fruits noirs gourmands (nez confituré) dans une bouche à la puissance maîtrisée.

Martin Hubacher de la Johanniterkeller Twann Douanne

Ces qualités ne devraient pas tarder à offrir à Anne-Claire Schott une meilleure reconnaissance, comme celle qu’à acquise son voisin Martin Hubacher de la Johanniterkeller qui fait partie des 100 meilleurs vignerons de Suisse selon le Gault Millau. Cela peut se comprendre avec la qualité et surtout l’originalité de la production de ce domaine : Chasselas non filtré, Oräntsch (une version locale du vin… jaune du Jura), Saint-Laurent. Je pourrais mettre en évidence le BENE 2014 (co-produit avec des raisins neuchâtelois de son collègue vigneron Hasler d’Alfermée) et ses notes chocolatées, mais mon préféré a été l’excellent Pinot Blanc 2016 avec ses arômes fruités dans une bouche au gras élégant.

Après une petite marche à travers le vignoble en passant par le départ des gorges de Twann et la belle église de Ligerz, on arrive dans ce dernier village où ma dégustation débute par le Weingut Bielerhaus de Beat Burkhardt, un autre vigneron qui a des idées… et les moyens de les réaliser. Bien sûr, son Pinorone, un Pinot Noir façon Amarone à 16,8 % d’alcool, nous en a mis plein la vue et le palais, mais je voudrais mettre en évidence le plus modeste Dornfelder qui offre un nez riche, charmeur et complexe ainsi qu’une bouche ample de fruits noirs.

En revenant vers la gare, nous nous arrêtons chez Stephan Martin. J’y ai surtout goûté les blancs et outre l’excellent Chasselas Bielersee, je mettrais en évidence le Sélection 2017, un assemblage de 4 cépages dont le rare Freisamer. Ce vin allie avec équilibre fruité et fraîcheur.

 Weingut am Stägli, Stephan Martin Ligerz Gléresse

Nous terminons notre journée avec Remo Giauque qui se rappelle avec plaisir son séjour de formation à Chexbres. Ce vigneron haut en couleur nous a permis de terminer la journée en bonne compagnie et avec du bon vin. Si l’assemblage de pointe Kronos (Pinot Noir et Dornfelder) est très charmeur, le Pinot Noir d’entrée de gamme Kirchwein 2016 m’a séduit avec sa mâche gourmande de cerises noires.

Références

Ursula Angelrath, Dorfgasse 31, 2513 Twann

Anne-Claire Schott, Dorgasse 43, 2513 Twann, http://www.schottweine.ch/

Johanniterkeller, Martin Hubacher, Dorfgasse 56, 2513 Twann, http://www.johanniterkeller.ch/

Weingut Bielerhaus, Beat Burkhardt, Dorfgasse 55, 2514 Ligerz, http://www.bielerhaus.ch/

Weingut am Stägli, Stephan Martin, Dorfgasse 21, 2514 Ligerz, http://weingut-ligerz.ch/

Giauque Weinbau, Oberdorf 2, 2514 Ligerz, http://www.giauquewein.ch/

Vins du Lac de Bienne, http://www.vinsdulacdebienne.ch/fr/

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Anne-Claire Schott – Douanne / Twann

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.