Caves Ouvertes Vaud 2012 – Yvorne

La réputation d’Yvorne dans le paysage du vin vaudois n’est plus à faire. Il y avait donc pas mal de gens pour découvrir les vignerons du coin en ce dimanche de Caves Ouvertes… sauf celle du syndic et gouverneur du Guillon Philipe Gex.

Domaine Portes Rouges Gewurztraminer Le premier domaine en venant d’Aigle est celui des Portes Rouges, une petite exploitation familiale de 4 hectares. J’y ai goûté un très bon chasselas Yvorne Grand Cru à la belle minéralité et un Gewurztraminer parfumé et équilibré. Les rouges ne sont pas en reste avec un Pinot Noir Ave Maria 2011 au nez parfumé de griottes et à la bouche structurée. Un coup de coeur pour la Mondeuse 2010. Son nez est parfumé de fruits rouges (fraises, framboises). La bouche est élégante et structurée. Il n’y avait encore pas grand monde en ce début de matinée au domaine des Portes Rouges et la discussion a été sympathique avec le fils du propriétaire qui travaille aussi sur le domaine. Un nouvel assemblage de rouge très élaboré devrait voir le jour ces prochaines années.

Anne Muller Assemblage Blanc Je passe ensuite au caveau d’Anne Müller, une vigneronne qui cultive ses vignes en biodynamie et dont le côté dynamique se remarque assez rapidement ;o) Le domaine regroupe des vignes situées sur Yvorne et Villeneuve, mais pour l’instant ce ne sont que les vins de cette dernière appellation qui sont disponibles à la dégustation, avec des étiquettes originales et à mon goût bien réussies. Anne Müller propose deux chasselas, un classique et un autre élevé en amphore, un récipient de béton d’argile en forme d’oeuf. Le second est plus expressif avec un élevage sur lies qui le rend plus aromatique. Mis en bouteille il y a trois jours, l’assemblage blanc offre un nez aux parfums fruités. C’est le fruité qui caractérise aussi le pinot noir et l’assemblage rouge, ce dernier étant encore un peu tannique en bouche et mérite sans doute d’attendre pour être pleinement apprécié. J’ai bien apprécié l’accueil souriant, chaleureux et didactique de la part d’Anne Müller et de sa famille.

Domaine de l'Ovaille Je termine mon parcours dans Yvorne par deux des grands noms du village. La réputation du Domaine de l’Ovaille n’est plus à faire avec un chasselas que l’on retrouve sur les grandes tables gastronomiques. Cette visite est aussi l’occasion de voir que le domaine produit de grands rouges. L’Ovaille rouge est un assemblage bordelais (cabernet sauvignon, cabernet franc, merlot) élevé deux ans en barriques neuves. Le 2009 dispose d’une puissance qui se révèle au nez et en bouche, même si celle-ci est veloutée. A 35 francs la bouteille, le prix est aussi bordelais, mais en dégustation à l’aveugle il pourra titiller sans problèmes certains préjugés courants sur le potentiel des rouges vaudois. Beaucoup de plaisir aussi avec son « petit frère », l’Yvorne Vignerons 2010. Je monte ensuite au Domaine de Maison Blanche où j’ai bien aimé le solide chasselas 2011 à la bouche minérale et carbonique, mais j’ai été un peu moins séduit par le savagnin blanc à la palette aromatique limitée en bouche. Ce n’était pas le cas de l’assemblage rouge 2010 au nez expressif de fruits noirs.

Soyez le premier à commenter

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*