L’Oustalet – Gigondas, France

Le restaurant l’Oustalet de Gigondas appartient à la famille Perrin, un grand et gros producteur de Châteauneuf du Pape en particulier et de Côtes du Rhône en général. Le chef Laurent Deconinck y propose une cuisine savoureuse et raffinée qui s’accorde particulièrement bien avec les vins de la région. Il avait d’ailleurs été engagé initialement par la famille Perrin pour travailler sur ce sujet lors des présentations de leurs vins aux acheteurs.

Adresse : Restaurant L’Oustalet, Place du Village, 84190 Gigondas, France, 04 90 65 85 30


Visite : un mercredi midi pluvieux de début avril, restaurant rempli à 70%
Situation : sur la grande place de Gigondas, parking à proximité
Repas :
* Ravioles de Royans, chorizo pata negra, tuiles à la nigelle (apéro)
* Espadon grillé, sauce soja (amuse-bouche)
* L’artichaut violet et ricotta en raviole / Rouget barbet dans un bouillon de morilles
* Le skrei « brut », quelques pousses et côtes de céleri / Volaille fermière émulsionnée à l’huile d’argan, sur une tombée de roquette et chanterelles
Boisson :
* 1 verre Domaine Clos des Cazaux Vieilles Vignes 2010 Vacqueyras blanc
* 1 verre Domaine de la Bongran 2002 Jean Thévenet Viré Clessé
* 1 verre Château de Vaudieu 2010 Châteauneuf du Pape blanc
* 1 verre Gigondas La Gille 2006, Famille Perrin
La carte est réduite avec une douzaine de produits qui peuvent être combinés en menus qui vont de 32 euros pour une combinaison à deux jusqu’à 120 euros pour un grand menu avec accord mets et vin. Le repas commence déjà sur une belle note avec un plateau d’apéritifs déposé sur notre table, même si nous avions (initialement ;o)) décidé de ne pas prendre d’apéritif. Les petites ravioles de Royans sont délicieuses et le reste se laisse grignoter avec plaisir… et un verre de vin. Dans la deuxième anti-chambre arrive un amuse-bouche délicat avec un petit morceau d’espadon grillé. En entrée, les ravioles d’artichauts offrent fraîcheur et saveurs, alors que le rouget s’associe parfaitement avec un bouillon élégant de morilles et d’endives que l’on peut rehausser avec une émulsion aérienne de pommes de terre. On continue à haut niveau avec une volaille tendre accompagnée d’un jus savoureux. Le poisson fondant est aussi accompagné d’un jus élégant. La légèreté et la saveur caractérisent les accompagnements originaux, comme la galette de pois chiche qui accompagne la volaille.
La carte des vins est très épaisse. A la présence naturelle de la production locale s’associe une belle offre des autres régions viticoles, notamment de Bourgogne. On peut y boire à petit prix (Plan de Dieu à 20 euros) ou dépenser beaucoup plus pour un grand Châteauneuf du Pape ou un Richebourg. Une quinzaine de vins au verre sont également proposés dans lesquels j’effectue mon choix sous les conseils de Laurent Deconinck. Ils sont tous généreusement servis à table à partir des bouteilles, un petit détail que j’apprécie beaucoup. Le Vacqueyras blanc offre une belle minéralité. Mention spéciale pour l’invité bourguignon du Domaine de la Bongran. Un nez agréable de mirabelles et une bouche grasse et veloutée. Du tout grand Bourgogne blanc. Le Château de Vaudieu offre un nez parfumé et une bouche franche qui associe gras et minéralité. Le Gigondas des Perrin propose des parfums affirmés de fruits noirs que l’on retrouve en bouche avec des notes d’épices sur une matière dense.
Service : professionnel et sympathique. Présence appréciée du chef en salle qui prend le temps de discuter avec ses clients.
Prix : 110 euros pour deux
Site Internet : http://www.restaurant-oustalet.fr/
En conclusion : Un tout beau moment de gastronomie à l’Oustalet où la forme et le fond s’associent pour offrir une cuisine savoureuse, inventive et esthétique. Elle est en plus généreuse, puisqu’après une entrée et un plat mon estomac était déjà bien rempli. La carte des vins et les bons conseils d’associations sont les cerises sur le gâteau de ce moment gourmand passé dans un cadre à la fois chaleureux et design. Le lieu n’est pas immense et une réservation me semble fortement recommandée aux jours de pointe.

Ravioles de Royans, chorizo pata negra, tuiles à la nigelle (apéro)
Ravioles de Royans, chorizo pata negra, tuiles à la nigelle (apéro)
L'artichaut violet et ricotta en raviole
L'artichaut violet et ricotta en raviole
Rouget barbet dans un bouillon de morilles
Rouget barbet dans un bouillon de morilles
Le skrei "brut", quelques pousses et côtes de céleri
Le skrei "brut", quelques pousses et côtes de céleri
Volaille fermière émulsionnée à l’huile d’argan, sur une tombée de roquette et chanterelles
Volaille fermière émulsionnée à l’huile d’argan, sur une tombée de roquette et chanterelles

 

Soyez le premier à commenter

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.